Adama


Spécialiste de la « dhimmitude », Bat Ye’or analyse, dans cet essai circonstancié, le puissant empire exercé par l’Organisation de la Conférence islamique – « califat associatif » voué à l’extension et à l’unification du monde musulman – sur les orientations européennes. La CCE puis l’UE, précise-t-elle, ont délibérément choisi, à partir d’octobre 1973, de mener, à l’insu de leurs populations, une politique euro-méditerranéenne « fusionnelle », initiant une « ère de soumission pacifique appelée "dialogue" ». Déplaçant son centre de gravité vers le sud, l’Europe a ainsi épousé, dans un climat de peur et d’autocensure et à grand renfort de multilatéralisme et de multiculturalisme, une grille d’analyse « islamiquement correcte », au mépris de son histoire et de cet esprit critique qui fit la force de sa pensée. Cette « stratégie du déni », résolument inefficace contre le terrorisme islamiste, se double d’une « guerre violente et diffamatoire » contre Israël. servie par une idéologie « palestiniste » influente, qui exonère le djihadiste de toute responsabilité, déjudaïse les sources chrétiennes et remet en cause la légitimité de l’État hébreu. Docilité et renoncement portent en eux, prévient Bat Ye’or, les ferments de la destruction d’une Europe en proie à un véritable sabordage identitaire. Un constat implacable à diffuser largement.

Yaël Simon, Adama, le magazine du KKL, n°53, janvier 2011

présentation complète du livre de Bat Ye’or ici^

Voir aussi Michel Gurfinkiel : « Quand un éditeur catholique français publie des livres exceptionnels sur l’islamisme et sur la menace iranienne… »