1. Avant-première au Théâtre de l’Ile Saint-Louis

Une Avant-première de rêve…

Tous les frères et sœurs de Micheline Maurel étaient là, au premier rang… Jamais nous n’oublierons la présence de ceux qui sont venus pour assister à la pièce que leur sœur martyre a su inspirer au pauvre petit poète que je suis. Mais que dire de plus, sinon qu’Aurélie, Aliouchka et Olivia nous ont fait vivre un moment de pure émotion ? Quand le talent plonge ainsi au cœur de ceux qui écoutent, il n’est plus seulement question d’art ; le linéaire, le contingent, l’historique cèdent le pas au vertical ; l’instant devient éternité, toute humanité est transfigurée. Et nous voici, nous, bouleversés, ne sachant que dire. Une réussite d’équipe, celle d’Aurélie Gantner, Aliouchka Binder, Olivia Raclot, mes comédiennes adorées, Catherine Braslavsky et Joseph Rowe, les musiciens de l’Eternel, Elsa Falières, qui sculpta notre scène, Pierre Daubigny, par qui notre spectacle vient à la lumière, Caroline T. Bender, qui dessina notre rêve en affiche, et bientôt Béatrice Bern, qui portera notre pièce de la scène à la paume de ses mains, pour l’immortaliser en images. Un moment de théâtre qui nous rappelle au poème même de Micheline Maurel, poème à cette danseuse qui lui sauva la vie, poème qu’Aurélie porte sur scène avec tant de pureté :

« Mais le corps est si beau et la joie est si pure
Quand on le voit ainsi défier la gravité,
Que je comprends comment le corps se transfigure
Et la chair doit ressusciter ! »

Merci à tous, l’aventure ne fait que commencer, et plût à Dieu qu’elle grandisse avec la même grâce que celle avec laquelle elle est apparue !

Jean-Louis Bachelet

Voir le portfolio