Cultures-J


« L’auteur s’adresse à sa fille, à ses filles en fait, et d’une certaine manière à tous ceux qui voudront l’écouter. Par ce titre, le livre est écrit pour transmettre. Guy Millière explique comment il a pris conscience de l’horreur de la Shoah au hasard d’une rencontre avec une dame portant un numéro à l’encre bleu sur son bras. Et elle lui a expliqué ce que ses cours avaient tu. (…) Il dénonce les mouvements pro-palestiniens, la haine mondiale contre Israël, mais pas seulement. Il montre comment cette haine est fortement teintée de mépris pour les Arabes, et raciste à leur égard. (…) L’Occident soutient donc la haine anti-juive du Moyen-Orient. Il en résulte une flambée de cette haine qui, ainsi attisée, ne s’exprime plus seulement par des attentats en Israël mais aussi en Europe.(…) Voilà le cri qu’il lance comme un voyageur face au danger dans un train, tirant sur la sonnette d’alarme. » (suite ici^)

Sophie Masson, סופי מאסון, Cultures-j.com