« Du théâtre qui élève l’esprit »


« Saint François Xavier fut, au XVIe siècle, avec Ignace de Loyola, l’un des fondateurs de l’ordre jésuite. Mais aussi un voyageur émérite, un grand évangélisateur, un homme d’intelligence et de foi. Les jésuites tentaient de dire le Christ se nourrissant aux sources des grandes traditions religieuses comme le taoïsme ou le bouddhisme, ce qui n’était pas sans risques théologiques… La pièce de Fabrice Hadjadj nous montre un homme de doute autant que de foi qui s’interroge honnêtement sur la manière d’apporter la bonne nouvelle à des civilisations millénaires qui avaient réfléchi spirituellement autant et même davantage que lui. C’est ce qu’il y a de plus passionnant dans la pièce, Hadjadj étant lui-même un théologien de qualité et un homme en quête de vérité. Quelque chose de personnel passe qui nous remue et qui nous intéresse au plus profond (…) Pour le reste, la forme de théâtre choisie fait un peu penser au Christophe Colomb de Claudel (…) Deux personnages, un ange et un diablotin, interviennent comiquement, comme dans un chœur antique, pour expliquer le personnage, montrer ses souffrances, ses joies, ses contradictions (…) Damien Ricour est un François Xavier vraiment convaincant. À ses côtés, Nicolas Struve est vraiment excellent. Du théâtre qui élève l’esprit. »

Jean-Luc Jeener, Le Figaro Magazine.