France Soir


Jeudi dernier, al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) a sommé la France de « retirer ses soldats d’Afghanistan », puis de traiter avec Ben Laden pour obtenir la libération des otages français.

En lançant ses menaces à la veille du sommet de l’Otan à Lisbonne et en précisant que « toutes les négociations devront être conduites avec Oussama Ben Laden et selon ses conditions », AQMI a réussi un coup médiatique. (…) C’est la première fois en sept ans qu’AQMI (ex-GSPC algérien, ayant fui l’armée algérienne et replié dans le désert) joue autant la carte Ben Laden, avec qui les liens sont en réalité presque inexistants. Mais en déclarant n’être qu’« une partie d’un grand mouvement planétaire dirigé par Oussama Ben Laden », lequel donnerait les ordres, Aqmi laisse entendre qu’elle est plus puissante qu’on ne le croit, et fait ainsi monter les enchères.

Elle tente aussi de semer le doute dans les services de sécurité pour pousser Paris à payer. De son côté, Ben Laden, affaibli dans son repère afghan face aux offensives américaines et qui a récemment averti la France qu’elle « ne serait jamais en sécurité tant qu’elle resterait en Afghanistan », a intérêt à faire croire qu’il contrôle Aqmi. C’est que l’enjeu financier est énorme pour les terroristes qui ont tissé partout des liens avec les trafiquants et les clans criminels. (…)

Par ailleurs, si les terroristes tuent des innocents, c’est pour attirer l’attention des médias (…) D’où la pertinence des propos de Nicolas Sarkozy qui assure que « nous ne changerons pas d’un iota notre politique sous prétexte que nous sommes menacés », et qui recommande de ne pas se rendre en zone contrôlée par les ravisseurs. (…)

Ce qui se passe aujourd’hui du désert du Mali aux côtes somaliennes rappelle en fait les pirateries barbaresques qui terrifièrent l’Europe jusqu’à la colonisation (1830). Djihadistes de l’époque, les barbaresques avaient pour base le Maghreb et réclamaient des rançons en échange des otages chrétiens capturés en Méditerranée. Cette industrie du djihad, parrainée par le califat ottoman d’alors, enrichissait la Casbah d’Alger et le Maghreb. Comme l’explique l’islamologue anglo-égyptienne Bat Ye’or dans son livre L’Europe et le spectre du califat (Les provinciales), aujourd’hui, la différence réside dans le fait que les démocraties européennes, contrairement aux Etats-Unis, sont tentées par la compromission et préfèrent céder à la peur (« dhimmitude ») plutôt que d’accepter la perte des vies humaines ou l’idée d’une guerre entre djihadistes et sociétés ouvertes. Il faut certes être solidaires des otages, mais il convient aussi de responsabiliser ceux qui séjournent en zone « déconseillée », puis les États « amis » qui laissent les terroristes agir, du Niger au Pakistan…

Alexandre del Valle, France Soir n°20501 du 23 novembre 2010