Le Figaro

L’Europe face au réveil des peuples exaspérés

Entendez-vous  ? Le peuple gronde. Aux États-Unis, la droite est débordée par les Tea Party, cette fronde contre les partis accusés d’avoir floué leurs électeurs. En Europe, le vote populiste fait tache d’huile, en réaction aux tensions identitaires et religieuses qu’a fait naître le multiculturalisme imposé par l’Union européenne. Le week-end dernier, l’extrême droite s’est même invitée au Parlement suédois (5,7 % des voix) en bousculant la tempérance de cet ex-symbole de la social-démocratie. Cependant, l’erreur serait de se contenter de dénigrer ces phénomènes en les étiquetant racistes ou xénophobes. Leur généralisation, qui n’épargne pas la France, oblige à en comprendre la cause. Elle est très simple.

Ces démocraties vertueuses ont oublié les gens qui la composent. Dans un livre qui accable l’Union européenne et sa « tentation totalitaire » (L’Europe et le spectre du califat, Les provinciales, sortie en octobre), l’historienne Bat Ye’or l’accuse même, preuves à l’appui, d’« administrer les populations des pays membres par des directives largement inspirées par de puissants réseaux liés à des organisations internationales comme l’Organisation de la Conférence islamique", qui regroupe cinquante-sept États musulmans. L’Europe est une alliée idéale qui sert les ambitions expansionnistes de l’Oumma, la communauté musulmane universelle », dit-elle.

suite

Ivan Rioufol, Le Figaro, n° , 25 septembre 2010.

Cf. aussi Le blog d’Ivan Rioufol du 13 septembre 2010 :

http://blog.lefigaro.fr