Le Figaro


« (…) Dans notre entretien de 1996, Houellebecq avouait son émerveillement pour la place faite par l’Église à Marie-Myriam, ”Celle qui pleure”, comme disait Bloy. ”J’ai d’ailleurs la plus profonde estime pour le catholicisme. (…) Il a attribué un rôle très important à la Vierge, à tel point qu’on peut se demander si à certaines époque comme le Moyen Age, on ne mettait pas la Vierge au centre de tout.” L’homme qui parle ainsi ne peut pas souhaiter voir “les Juifs en Israël”, comme le suggère Marc Weitzmann. Qui a lu La Carte et le Territoire, prix Goncourt 2010, sait que Michel Houellebecq est français par toutes les fibres de son être. Or un Français ne peut pas ignorer ce que le philosophe Michaël Bar-Zvi rappelle avec passion dans Israël et la France, l’alliance égarée (éd. Les provinciales, 2014). La rencontre entre juifs et chrétiens, dans le cher et vieux pays, n’est pas circonstancielle. Elle est consubstantielle. Israël n’est pas une greffe sur l’arbre français. C’est le tronc lui-même, ainsi que Charles Péguy, que Michel Houellebecq aime plus qu’il n’ose généralement le dire — ce qu’il aurait dû le rappeler à Bernard-Henri Lévy à l’occasion de leur dialogue de sourds —, s’est acharné à l’expliquer aux antisémites dans Notre Jeunesse. Les Capétiens n’étaient-ils pas réputés descendre directement d’une des tribus perdue d’Israël, ainsi que Colette Beaune l’a expliqué dans Naissance de la nation France ? Et le roi de France nommé novus David, nouveau David, au moment où il recevait l’onction sacrée dans la cathédrale de Reims ? » (Intégralité de l’article ici^)

Sébastien Lapaque, « Quel est celui que l’on prend pour Michel Houellebecq ? », Le FigaroVox, 4 janvier 2016.